Imprimer cette page

Evénements

Fundación Sara Sánchez Coma

open
La Fundación Sara Sánchez Coma concede becas escolares cada año para sufragar los estudios a alumnos y organiza un concurso literario que distribuye numerosos premios.

¿Quién era Sara?
Sara era nuestra hija, fallecida en un trágico accidente en la primavera de 2009, a la edad  de 13 años, alumna de 4ème de este Liceo.

¿Por qué la Fundación?
Porque cuando falleció nuestra hija quisimos hacer algo para que su recuerdo permaneciera y a su vez ayudar a los demás, tal y como ella hubiera querido. Por su familia, por sus amigos, por sus compañeros, por sus profesores, por todas las personas que la  conocieron, para que su recuerdo permanezca.

¿Qué es la Fundación Sara Sánchez Coma?
Es una Fundación privada cuyo objetivo es recordar a Sara, realizando actividades culturales y de carácter benéfico relacionados con el Liceo Francés de Barcelona donde ella era tan feliz.
 
¿Qué acciones realiza la Fundación?
En primer lugar la Fundación concede becas para sufragar los estudios a alumnos que por razones económicas lo solicitan.

Por otro lado organiza anualmente, con una importante implicación del LFB (dirección, profesores, alumnos, APE, etc) un Concurso Literario donde pueden participar todos los alumnos de 6ème, 4ème y 2nde.
Desde la primera edición en el año 2009  han participado 965 alumnos y cada año el número de alumnos va creciendo. Los premios de este concurso vienen dados por la propia fundación y por las empresas y personas que colaboran, a las cuales estamos infinitamente agradecidas.
 
¿A quién se dirigen las becas? ¿Cómo se conceden?
Las becas se dirigen a aquellos alumnos (de 6ème en adelante) que de forma sobrevenida se vean imposibilitados a proseguir sus estudios por problemas económicos. Es importante destacar que se otorgan en atención al expediente académico, a sus circunstancias económicas y familiares, y sobre todo a los años que le falten para finalizar sus estudios en el Liceo. Nos parece justo que un alumno al que le falta solo un curso para terminar, pueda hacerlo en el LFB.

Las solicitudes de  becas se estudian caso por caso por el Patronato de la Fundación. Nuestra ilusión seria que ningún chico tenga que irse del colegio por problemas económicos.

¿Cuantas becas ofrece la Fundación anualmente?
Varían en función de los ingresos de la Fundación y de la demanda. Actualmente damos entre 2 y 3 becas anuales. En total se han concedido 16 desde su inicio.

¿Cómo se financia la Fundación?
 Tiene dos  fuentes de ingresos: las donaciones privadas y la venta de las pulseras que muchos ya conocéis.
 
Por esto nuestra presencia con el stand de las pulseras en la Fiesta de Final de Curso, en la Fiesta de Navidad, en Sant Jordi y en cuantos eventos organiza el colegio. Es muy importante la ayuda de padres, profesores y alumnos voluntarios sin los que esto no sería posible. Quisiéramos animaros a todos a que nos ayudéis en este proyecto.
 
También tenemos imprescindibles  colaboradores: APE - British  Summer - Central Park - Editorial Vicens Vives - Editorial Oceano - Fundació Portaventura - Libreria Jaimes - Penguin Random House Grupo Editorial - Muy Mucho Deco - Roca Village - Tibidabo.

Els CM2 il·lustren cobertes de llibres




open

Els alumnes de CM2-6 han i il·lustrat 30 cobertes d'un llibre d'edició limitada que recull textos d'alumnes de secundària. Cada llibre ha estat creat per un alumne diferent i per tant és únic.  

Aquest projecte que uneix primària i secundària ha estat engegat amb l’objectiu de fer partícips als nostres alumnes en el procés creatiu d’un llibre i de promoure la col·laboració desinteressada en un projecte associatiu, social i sostenible.

Amb el tema escollit, Històries de supervivència, volem donar visibilitat a una problemàtica d’actualitat com és la crisi dels refugiats que estan vivint milers de persones i recordar l’exili que van haver de fer molts catalans i espanyols després de la guerra civil.

Aquesta iniciativa ha estat possible gràcies a les documentalistes, Julie Meyers i Myriam Busquets, i a l’Anna Gonzalez de l'editorial La Verònica Cartonera.






















































Un modèle vivant pour l'Atelier Arts Plastiques




open

Les élèves de l'Atelier Arts Plastiques du Collège ont eu la chance de recevoir, Alma Coronilla, une ballerine professionnelle de la Faculté des Beaux-Arts de l'Université de Barcelone pour une séance de dessin de modèle vivant et de dessin du mouvement.

Cette intervention a été organisée par les professeurs d'Arts Plastiques, M. Vaz-Romero et Mme. Salel.













































Remise des prix Concours Sara 2017




open
La remise des prix de la VIII édition du Concours Sara organisé par la Fundación Sara Sanchez Coma s'est tenue le jeudi 6 avril en salle Dravet. Le thème proposé cette année, « Le voyage et la découverte de soi», s´adressait aux classes de 6e, 4e et 2ndequi avaient la possibilité d´écrire un texte ou un poème dans la langue de leur choix, français, espagnol ou catalan.

Les prix, des bons échangeables pour des livres à la librairie Jaimes, augmentés d'un paquet de livres et de fournitures scolaires, dont deux prix spéciaux, ont été attribués par niveau et par langue aux auteurs des textes sélectionnés par le jury. Un tirage au sort a ensuite été réalisé comme chaque année pour l'ensemble des participants au concours, avec comme récompense des entrées au Tibidabo et à Port Aventura, des bons d´achats à dépenser à La Roca Village, des repas au restaurant Central Park, le tout accompagné de livres. Deux séjours linguistiques British Summer ont également été offerts par tirage au sort, le premier pour l'un des auteurs des textes sélectionnés, le second pour l'un des autres participants. De quoi contenter le plus grand nombre et remercier chacun de sa participation, libre ou encadrée par l´enseignant, dans une ambiance toujours aussi chaleureuse.

Félicitations aux gagnants et merci à la Fondation!

LES GAGNANTS

Castellano

"Querido viajero" Violeta Domingo, 6ème 6
"La isla de mis sueños"
Lili Bresan, 4ème 6
"El viaje y el descubrimiento"
Guillermo Yenes, 2onde 6, dedicado a su compañero Justin

Francés
"Peut être heureux si on est seul?" Katia Rufs, 6ème 9
"Héros malgré moi" Jules Abrahami, 4ème 2
"Poème" Chloé Mütel, 2onde 4

Premio Especial
"Les primevères" Louïse Weïl, 4ème 2

Catalán
"Jo sóc el que vull ser" Julia Cristofol, 6ème 8
"Viatge" Joan Bruna, 4ème 8

Premio Especial
"Un altre prespectiva" Ona Rafols, 4ème 3




































Une comédie pour la Bienfaisance de Barcelone



Mercredi 26 avril à 20h30
Institut Français de Barcelone


open

UN DINER D'ADIEU pièce de théâtre au profit de la BIENFAISANCE de Barcelone

La Compagnie Théâtre et Solidarité présente la pièce Un dîner d'adieu, comédie française contemporaine de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière (auteurs aussi du grand succès : “Le prénom”)

Avec : Robert Fillias, Léa Fillion et Adrien Fohr.
Mise en scène de Robert Fillias
Assistante metteur en scène : Estelle de Beaucé.

Participation 13eur. (10eur. pour les étudiants, IFB, scolaires, Cercle des Français).
Vente anticipée ici.


 
Nommée “Meilleure comédie” aux Molières 2015, Un dîner d'adieu est une comédie apte pour tous publics.

Pierre et Clotilde, de caractère très différent, forment un jeune couple moderne, qui se dispute fréquemment au sujet de l'éducation des enfants, ou de leurs amis.
Un soir, en se préparant pour se rendre à une invitation à dîner, ils tombent d'accord sur un point : certaines de leurs amitiés ne présentent plus beaucoup d'intérêt.
Mieux vaudrait faire le ménage parmi leurs vieux amis et pour ce faire, il existe une formule élégante : organiser des dîners d'adieu. Mais par quels amis commencer ? Le choix se révèle difficile, mais il finit par porter sur Antoine et Bea. Malgré une préparation soignée, le dîner ne se déroule pas comme prévu par les hôtes…

 
La Société Générale Française de Bienfaisance de Barcelone a été constituée il y a plus de 150 ans sous l’égide de Ferdinand de Lesseps. L’objet de la Bienfaisance de Barcelone est :
D’aider les ressortissants Français en difficulté résidant en Catalogne
De promouvoir le bénévolat de solidarité auprès des membres de la communauté Française
De renforcer l'action dans le domaine de l'action sociale à l'égard des assistés les plus vulnérables.
Théâtre et Solidarité offre cette œuvre très divertissante et fraîche au bénéfice de la Bienfaisance de Barcelone. L’Institut Français de Barcelone participe très activement en cédant son espace et sa très belle salle de la calle Moià.  


Barcelona street art project




open

LE PROJET

La production finale des élèves s’inscrit dans une séquence sur le street art vu sous l’angle de la revendication et  de la critique de la société. Quand l’œuvre artistique investit l’espace publique, elle ne sert pas toujours de faire valoir à l’architecture urbaine ni d’élément de décor "pour faire joli». Dans cette séquence, les élèves ont découvert que le street art pouvait porter une haute valeur politique dans le sens où il reflétait  les préoccupations de la cité  et de ceux qui y vivent.

Afin qu’ils s’approprient  cette idée et jettent un œil critique sur ce qui d’habitude fait leur quotidien, je leur ai demandé de prendre une photo d’une œuvre de street art à Barcelone (ou d’en composer une), et  de l’analyser  au regard des éléments vus dans cette séquence de cours. Le lieu, la forme  et la présentation  de cette œuvre faisaient partie intégrante du message critique  de l’artiste. Le commentaire de chaque œuvre était oral et évalué avec des critères explicités aux élèves en amont.  Chaque projet était singulier et seule comptait  l’analyse personnelle de l’élève qui a tenté de proposer une interprétation cohérente de  toutes les données dont il disposait.

Pour prendre en compte tous les paramètres  de ce projet, j’ai demandé aux élèves d’utiliser un site en ligne gratuit  pour créer des images interactives. Thinglink permet de télécharger une image et ensuite d’activer des zones  qui feront apparaitre du contenu multimédia lorsqu’on clique dessus.  Une photo de Street art, grâce à cette réalité augmentée, permet de faire apparaitre le lien Googlemap où l’œuvre à été prise, un enregistrement audio qui commente cette œuvre, ou bien un document écrit ou un site  apportant des informations sur l’artiste s’il est connu.

 L’ensemble des travaux de la classe était placé sur un Padlet, un mur numérique collaboratif, ayant pour fond de carte Barcelone. Vous pouvez  voir et entendre le travail des 4 LL en suivant ce lien.

Le résultat final est plus que concluant. Le travail fourni par tous les élèves est de grande qualité, tant sur le contenu parce qu’il requière un effort particulier de construction et de développement des idées, que sur la qualité de la langue qui sollicite un vocabulaire abstrait et critique que des élèves de 4ème ne manient pas forcément très bien.

Véritable croisement du parcours citoyen et du parcours artistique et culturel du collégien, cette séquence sur le street art aura su sensibiliser les élèves aux enjeux et questions de société qui s’expriment parfois au détour d’un simple dessin sur un mur.
                                                                                                                                                              Olivier Dupeyron,
Professeur d’anglais

 

 
Des exemples de production
Élèves du groupe avancé de 4ème Langue et littérature


SABRINA NELSON, 4ème3   
Lien vers le site

In my audio project I presented the piece “Todos juntos podemos para el Sida”(situated in the CCB) and i explain what I think the Artist wanted to transmit. So first I described the art, and I said that the artist transmitted that a lot of people don’t want to know anything about AIDS, and what he is trying to say is that we have to listen to what other people say. He represents people that have AIDS with crosses on their chest. Then we see a snake (chasing a group of people), which represents AIDS and you see people that are fighting back by cutting the tail of snack and putting a condom on it.  Basically what Keith Herring is trying to transmit is that we have to protect ourselves and that we have to fight back and help each other to try not and get it.  



 


AKAI KALEDIN, 4ème 5 
Lien vers le site

In my audio project I presented the piece of street art "Todos Juntos Podemos Para El Sida" located in the CCCB and I explained how art shows a snake-like figure representing aids killing and harming people which have "X" over there chest which signals the critical stages of aids, but that there are also figures "people" fighting back at the snake like scissors cutting it and some being happy in the back jumping around and all. I also explained that this street art is made for spreading aids awareness, which is something the creator had been trying to do for a very long time. And I talked about why it is situated in that neighborhood, and it is because it is filled with teenagers who should be careful of their "sexual interactions".






FERRAN JUNOY, 4ème 3

Lien vers le site            

In my street art project, that I have pasted on a “Santa Clarita Diet” billboard on Avenida Pedralbes, I criticise the brands of this year’s Fashion Week. The starving models that work for these brands only “eat” water during the fashion week, and then they gorge on junk food. I basically tell them to focus on what they can change, and feed their models, as opposed to using their starving models to criticize Trump, and his political decisions. My project has a background with the flags of the US and the flag of what can be interpreted as Mexico (immigration to the USA) and Italy (previous immigration to the United States and the next stop of the 2017 Fashion Week, in Milan).



COPVAL 2017

open
Du mardi 4 au jeudi 6 avril, 12 élèves de secondes sommes partis à Valence pour la COPVAL, une simulation de négociations sur le développement durable.

À notre arrivée à Valence, nous nous sommes retrouvés avec les autres lycées français de Malaga, Alicante, Murcie, Lisbonne, Valladolid et Madrid pour ainsi faire connaissance et souper tous ensemble une paella. Le 5 avril, nous étions attendus à la base de l’ONU. Là-bas, nous avons été divisés en 4 groupes en fonction des thèmes sur lesquels nous avions travaillé tout au long de l’année : la biodiversité, l’énergie, la ville durable et enfin nourrir les hommes. Chaque groupe est allé dans une salle et chacun a présenté sa résolution. Une fois les 17 résolutions présentées, nous avons dû débattre pour en choisir seulement deux, pour qu’ainsi, les commissaires de résolutions choisies prononcent un discours le jour suivant devant tous les autres. Nous étions 70 élèves au total et seulement 7 ont prononcé un discours et parmi eux, 3 étaient de Barcelone : Claudia ANGERRI, Côme CHABAILLE et Pol LIÑAN.

Le jour suivant, jeudi 6 avril, nous étions tous invités au lycée français de Valence. Les 7 commissaires sont allés écrire leurs discours pendant que le reste des participants ont joué à une activité créée par le lycée français de Valence qui portait sur les écoquartiers. Après l’avoir terminée, nous sommes allés au CDI du lycée. Là, nous avons eu la chance de rencontrer Mme Baron-Yellès, professeure de géographie à l’Université de Paris-Est qui nous a justement parlé de la ville durable. C’est donc à la fin de cette conférence que nous sommes tous allés dans la cour d’honneur du lycée pour écouter les discours, puis un représentant de chaque pays a signé la charte de la COPVAL et nous avons dégusté des spécialités valenciennes cuisinées en notre honneur.

Nous sommes tous très contents d’avoir eu l’occasion de participer à cette réunion puisqu’elle nous a permis de découvrir le monde de la diplomatie tout en approfondissant des concepts importants pour les générations futures.

Commissaire de l’énergie, représentant les Etats-Unis.



Lien vers la présentation de la Copval 2017
Lien vers lesprésentations des 17 pays


























































Page  1  sur 10   page suivante »  >>